Prenez un temps de méditation quotidienne avec La Pensée du Jour - Selah !

Que ta volonté soit “fête”

Que ta volonté soit “fête”

Sonder les Écritures

Sur cette montagne, l'Éternel, le maître de l’univers, prépare pour tous les peuples un festin de plats succulents, un festin de bons vins…
Ésaïe 25.6

"Faire la fête" : voilà une phrase qui peut paraître impopulaire dans nos églises. La vie chrétienne serait une vie stoïque, de modération et de privation vis-à-vis de toutes formes de "mondanités". Bien que je comprenne les raisons louables et bibliques qui se cachent derrière cette vision des choses, ne bannissons pas trop rapidement toute forme de "fête" de nos vies. 

Lorsque Jésus réalise son premier miracle pendant un mariage – l’exemple le plus emblématique d’une fête –, en changeant l’eau en vin, il nous rappelle que les enjeux sociaux qui se cachent derrière cet acte sont importants. À la question : "Qu’est-ce qu’un tel geste révèle de la mission de Jésus dans ce monde ?", le théologien Timothy Keller propose la réponse suivante : "Jésus dit en quelque sorte : « C’est moi qui suis le véritable maître du banquet. C’est moi, le Seigneur de la fête. »" Car ultimement, la fête à laquelle nous sommes tous invités, c’est le "festin des noces de l'Agneau" dont nous parle l’Apocalypse, durant l’éternité auprès de Dieu.

L’autrice Sophia Kuby observe avec beaucoup de lucidité que "l’un des problèmes d’aujourd’hui est que, nous, chrétiens, avons largement perdu le goût du Ciel". Nous avons une image de l'éternité cruellement barbante et dénuée de tout plaisir. Mais, il n’en est rien ! Dans ces temps moroses où l’on a pu parfois souffrir de la "distanciation sociale", nous pouvons réapprendre l’art de célébrer, de nous réjouir, de nous retrouver. 

Non pas pour des "fêtes-contrefaçons" dont le seul but est de se vider la tête, d’oublier le train-train quotidien ou de se laisser aller aux excès. Mais plutôt pour des festivités qui nous amènent à expérimenter un "avant-goût" de la plus grande fête que l’histoire n’ait jamais connue, et à laquelle vous et moi sommes conviés ! C’est en cela que nos festivités sur terre peuvent constituer une discipline spirituelle qui mérite, j’en suis convaincu, toute notre attention. 

Ecouter la voix de Dieu

Prenons le temps d'écouter ce que Dieu veut dire. Peut-être avez-vous perdu "le goût du Ciel", laissez le Saint-Esprit vous redonner la joie de votre salut.

Prier, c'est simple. Parlez à Dieu comme vous le feriez avec votre ami le plus proche. Dieu vous aime et il peut tout entendre. Voici un exemple de prière : "Père, je te remercie pour cette invitation au festin divin que tu prépares, pour cet « avant-goût » du Ciel que tu rends possible sur cette terre. Aide-moi à retrouver la saveur de vivre, lorsque je l’ai perdue, et à te placer au cœur de mes réjouissances lorsque je suis dans la joie. Amen."

Louer Dieu

Louer Dieu, c'est lui manifester notre gratitude. Aujourd'hui, quels sont vos sujets de reconnaissance ? Prenez un temps pour remercier le Seigneur.

Agir aujourd'hui

À présent, approfondissez ce que vous avez reçu. Que pouvez-vous mettre en place afin d'appliquer ce que Dieu vous a dit ? Notez les actions concrètes que vous pouvez réaliser.

Honorer le Seigneur

Notre parcours du jour se termine. Prions ensemble afin d'honorer notre Dieu.

"Seigneur, merci parce que je me réjouirai dans l’éternité avec toi. À toi soient le règne, la puissance et la gloire, amen !"

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
103 commentaires
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.